Le chat, un délice pour vos papilles…

images-2

 

Le chat, un animal qui nous tient compagnie, qui nous amuse et qui peut-être mangé !

Ce petit félin est initialement apparu dans les assiettes des vietnamiens lorsque le pays était très pauvre. N’ayant plus rien à manger les habitants se sont nourris de ce qu’il restait: des chiens, des chats et parfois même de rats…

Après cette période, le chat est devenu un met si apprécié que des trafiquants se sont mis à les voler ! Il les capturent, les revendent ensuite à des restaurants, qui les noient, les rasent pour les jeter ensuite dans leurs casseroles.
En effet, les restaurateurs souhaitent du changement. Au lieu de préparer du chien, ils feront mijoter nos petits matous, une particularité au menu qui en font leur succès et notamment très appréciée lors des apéritifs.
Cette tendance est d’autant plus accentuée par une tradition locale suggèrant que manger du chat au début du mois lunaire porte chance.
images

Suite à ces évolutions alimentaires peut orthodoxes, des défenseurs ont lancés une campagne de sensibilisation afin de changer les habitudes des Vietnamiens

images-1

Grâce à eux, la viande de chat est officiellement interdite. Malgré tout, il est rare de croiser cet animal dans les rues d’Hanoï : les propriétaires les enferment chez eux de peur de ne plus les revoir.

Cette tendance aura laissé des séquelles à ces pauvres petites bêtes et à ses propriétaires !

Ayat.

Publicités

Le safran des Monts d’Ardèche, une culture étonnante.

 

Il y a peu, j’ai découvert l’étonnante culture du safran ainsi que ses surprenantes vertus.

En effet grâce au salon du terroir de Rueil Malmaison mes papilles ont traversé les Monts d’Ardèche à la rencontre de Hervé, producteur de safran et de châtaignes. Grâce à son site, on découvre que cette culture est tout d’abord un métier de passionné ! Elle débute par la plantation du crocus qui se réalise à la main, puis une fois fleuri, son pistil est extrait et enfin séché pour devenir épice. Malheureusement, seul 20% du pistil frais restera une fois séché (5g de pistil = 1g de pistil séché), il faut donc beaucoup de patience et de délicatesse pour obtenir un safran de qualité.

Et la qualité de ses produits est justement au cœur des préoccupations d’Hervé qui cultive ses fleurs (depuis 4 ans) à 670 mètres d’altitude, sans pesticides ni autres produits chimiques, afin qu’elles restent 100% naturelles :

 

« Au printemps on ameublie le sol et on le bêche »

« Juillet et août, plantation des bulbes »

Cueillette des fleurs, en 48h avant que la fleur ne fane

170 fleurs produisent 5g de pistil frais soit 1g de safran

Il nous proposent également des produits dérivés du safran qui mettent en valeurs toutes ses caractéristiques qu’elles soient purement thérapeutiques (« antidépresseur, antispasmodique, antioxydant, stimulant de la digestion et du désir, il augmente la concentration et soulage également les douleurs dentaires des petits ») ou simplement gustatives ( confitures, sirops de pêches et miels safranés).

Produits dérivés à vite venir découvrir sur le salon du terroir !

 

Alors maintenant, rendez-vous vite sur le salon du terroir de Rueil Malmaison pour rencontrer notre producteur ! A cette occasion vous pourrez lui poser vos questions et surtout faire votre plein de safran !

Si vous ne pouvez pas attendre le 22 novembre, ou que vous souhaitez plus d’informations n’hésitez pas à vous rendre sur son site (ici). On se retrouve le weekend prochain pour notre traditionnelle recette qui sera sur le thème du … Safran ! (la recette de la semaine dernière ici )

Belle journée à tous !

Source image : www.rustica.fr

Claire.