L’emballage comestible, c’est possible !

Tout commence au Brésil, chez Bob’s, il n’y a pas si longtemps…

C’est dans cette chaine de fast food qu’une équipe d’ingénieurs en nutrition (un peu excentriques !), inventent à partir d’une recette existante, un emballage comestible.
En effet, cet emballage au secret apparemment bien gardé, est né de l’idée que ces sandwichs sont si délicieux que l’on ne peut attendre d’en enlever le papier pour les dévorer!
Un slogan original a d’ailleurs été mis en place (en portugais):
« não precisa controlar pevore esse sandwiche sem tirar o parel »
ce qui signifie:

« Ne pas se contrôler. Dévorer le sandwich sans enlever le papier »

Plutôt original c’est certain, mais je pense que je serais tout de même réticent à avaler l’emballage. Cela reste encré dans nos habitudes et nos mœurs finalement… Bob’s arrivera-t’il à nous faire changer nos habitudes de consommation ?! Bon on a encore un peu de temps avant que la chaîne arrive en France ou que le concept soit importé bien qu’il existe déjà avec le wiki bar. A moins d’aller au Brésil… Why not !

 

Valentin.

Le chat, un délice pour vos papilles…

images-2

 

Le chat, un animal qui nous tient compagnie, qui nous amuse et qui peut-être mangé !

Ce petit félin est initialement apparu dans les assiettes des vietnamiens lorsque le pays était très pauvre. N’ayant plus rien à manger les habitants se sont nourris de ce qu’il restait: des chiens, des chats et parfois même de rats…

Après cette période, le chat est devenu un met si apprécié que des trafiquants se sont mis à les voler ! Il les capturent, les revendent ensuite à des restaurants, qui les noient, les rasent pour les jettent dans des casseroles.
En effet, les restaurateurs souhaitent du changement. Au lieu de préparer du chien, ils feront mijoter nos petits matous, une particularité au menu qui en font leur succès et notamment très appréciée lors des apéritifs.
Cette tendance est d’autant plus accentuée par une tradition locale suggèrant que manger du chat au début du mois lunaire porte chance.
images

Suite à ces évolutions alimentaires peut orthodoxes, des défenseurs ont lancés une campagne de sensibilisation afin de changer les habitudes des Vietnamiens

images-1

Grâce à eux, la viande de chat est officiellement interdite. Malgré tout, il est rare de croiser cet animal dans les rues d’Hanoï : les propriétaires les enferment chez eux de peur de ne plus les revoir.

Cette tendance aura laissé des séquelles à ces pauvres petites bêtes et à ses propriétaires !

Du chocolat au goût fromage ou pizza ?!

 

Oui oui, chic choc miam vous a encore dégoté une sacrée news ! La marque japonaise Tirol (prononcer « chiroru ») est spécialisée dans la vente de chocolats vendus à l’unité et à tout petit prix. Aussi connue que la marque Haribo chez nous,  c’est un peu le genre de douceur que les enfants aiment s’offrir en allant chez l’épicier ou à la boulangerie. Tirol a développé au fil du temps une gamme large et profonde de chocolats, si bien qu’il en existe pour tous les goûts et tous les palais. Depuis peu ils ont commencé à développer une gamme de sucré / salé avec des chocolats au maïs ou à la citrouille par exemple. Original certes, mais pas aussi surprenant que leurs tous derniers produits : chocolat blanc pizza et fromage !

 

Whaaaat ?! Oui, je me suis fait la même réflexion ! On peut dire que les ricains font les malins avec leurs produits farfelus, mais les japonais sont pas mal non plus ! Alors, bon ou pas ?

La rédaction du rocketnews24.com a convaincu quelques courageux volontaires pour tester ces petites nouveautés. S’ils trouvent les chocolats à tomber à la renverse, ils lui attribuent un rond, si ce n’est pas fou mais mangeable, ce sera un triangle et si c’est vraiment infects, ils attribuent une croix :

 

Alors ? Envie de tester ? Perso je leur laisse ! Ça m’écœure d’ici …

 Claire.

Sources : melty food, kotaku.com, uk.complex.com, rocketnews24

Bagel war ou bagel fever, l’histoire du petit pain rond !

 

Je vous ai proposé il y a peu une petite recette de bagel au saumon que l’on peut faire rapido presto ! Pratique quand on n’a pas envie de passer dix heures en la cuisine !

Mais d’où vient ce petit pain rond ? Haha ! Envie de me dire « Bah de New York bien sûr ! » Et bien non ! Même s’il est devenu un incontournable des recettes New-Yorkaises, le bagel est originaire de l’Europe de l’est ! Importé et vendu par les immigrants juifs au début du 19e siècle, il se développe effectivement dans un premier temps à New-York avant de conquérir l’ensemble de l’Amérique.

Mais le bagel est si bon qu’il devient vite plus qu’un produit éthique, il devient un produit culturel. L’engouement provoqué par ce petit pain pousse ses instigateurs à créer dès les prémices du 20e siècle la « Bagel Bakers union ». Seuls les membres sont autorisés à détenir le secret de fabrication, afin de protéger la recette pour les années à venir. Le marché du bagel se caractérise alors comme un marché de niche bien préservé et peu concurrentiel.

 

 

Puis celui-ci a commencé à s’étendre avec en 1927, la création du premier « bagel shop » (New Haven, Connecticut ) en dehors de New York. Le bagel devient populaire sur l’ensemble du territoire américain mais son savoir-faire artisanal est préservé jusqu’aux années 60. Et oui, la révolution industrielle est passée par là avec le développement d’une machine capable de réaliser jusqu’à 400 bagels par heure ! Le petit pain rond s’étend donc à tout le territoire américain et vient s’implanter dès les années 80 au sein des épiceries, des boulangeries et des « coffe shops » en tant que produit incontournable, et le bagel fait aussi les frais de la publicité !

 

Aujourd’hui le bagel fait sa place petit à petit en France, pour les parisiens, voici quelques adresses de bagels shop pour changer du sandwich sur la pause de midi ! (oui parce que pour moi le bagel du mac do ou sodebo, c’est pas un bagel hein) :

 

Bagel Tom – 12 rue Volta – Paris 3e

Pony bagel  Paris 2e

Bagelstein Paris 6-7-8-9… arrondissements

 

Retrouvez toutes nos astuces et recettes sur la page facebook ici,

Claire

Buche chanel by Alain Ducasse et Karl Lagerfeld

 

Quand la haute couture rencontre la haute gastronomie, ça ne fait pas des cacahuètes ! La preuve en image avec cette buche 100% fashionista reprenant le look du lipstick rouge coco Chanel.  Elle résulte de l’union de deux grands noms ; Karl Lagerfeld, directeur artistique de la maison Chanel depuis 1983 et Alain Ducasse, chef triplement étoilé. Ce dessert a été conçu en vue du 10e anniversaire du restaurant d’Alain Ducasse à Tokyo et sera disponible au menu, du 19 au 25 décembre. Mais pour ceux qui voudraient en profiter au chaud à la maison plutôt qu’au resto, une édition limitée de 100 bûches à emporter est mise en place. Prévoir un tout petit budget de 102€ par bûche tout de même sans oublier le prix du billet d’avion pour la capitale japonaise !

Claire.

La sélection de buches étoilées 2014

 

Les fêtes de noël approchent, et avec cela le stress des préparations ! Foie gras, saumon, champagne… rien de très original sur ces mets qui ont tendances à « squater » la table familiale à chaque événement… Comment surprendre ses invités quand ils ont déjà une idée claire du menu ? Mon astuce ? Vengez-vous sur la buche ! La touche finale, la cerise sur le Mc Do, mais surtout le dessert sur lequel on vous attend… Cette année les pâtissiers de renoms se sont surpassés pour vous donner un petit coup de main sur ce terrain : quand art et gastronomie s’unissent autour de la féérie de Noël ça en vaut le coup de cuillère ! Amateurs de pâtisseries ou fins gourmets, voici mon top trois perso des bûches de Noël étoilées :

 

2425278-buche-du-grand-palais-du-terroir-parisien-de-yannick-alleno

 

Avec un graphisme qui défie les lois de l’apesanteur, j’offre la troisième place de ce classement à  la Bûche du Grand Palais de Yannick Alléno. Composée de chocolat noir et poires d’Ile de France, il faudra compter environ 75€ pour 8 personnes.

 

La Bûche Merveilleuse de La Maison du Chocolat (C. Faccioli) fait son entrée à la seconde position : dacquoise aux noisettes, mousse au chocolat pur cru Venezuela, génoise chocolat au sirop de cacao, fondant praliné noisette aux éclats de chocolat, crémeux bergamote aux zestes de citron jaune ; décor en chocolat de branches en arcs de cercle ; embouts de bûche en chocolat en forme de goutte. Prévoir la petite somme de 95€ pour 6 à 8 personnes.

 

 

 

 

Enfin, en première position, la boule Maboule en chocolat garnie de ganache au vin chaud entre deux coques à l’orange confite et au poivre de Lune de Jean Paul Hévin pour cette dernière il faudra compter 86€ pour 8 personnes. Revisitées, modernisées, les bûches de Noël de ces trois chefs n’oublient pas les fondamentaux, une gourmandise soumise à rudes épreuves ! Et pour les plus courageux d’entre nous qui préfèrent le home made, je vous invite à découvrir une recette simple et savoureuse, à personnaliser selon vos goûts (ici).

 

Retrouvez toutes nos astuces et recettes sur la page facebook ici,

Claire