Opération réorganisation stratégique !

Tout d’abord je tiens à souhaiter une très bonne année à tous pleine de bonheur et pourquoi pas de marketing et de gastronomie ! Après ces fêtes où la gastronomie était à l’honneur, cela m’a inspiré l’envie de vous faire partager les actualités marketing de La Comtesse du Barry !

La Comtesse du Barry, est une enseigne qui se veut ambassadrice de la gastronomie française. Elle produit et vend des mets d’exception depuis 1908 (foie gras, truffe, caviar, saumon…). Le rachat de l’entreprise en 2001 par Maïsadour s’accompagne d’une réorganisation stratégique de ses boutiques et de ses produits.

Tout d’abord La Comtesse du Barry bénéficie d’une nouvelle signature ; «La maison de la gastronomie » reflet de son savoir-faire unique. « L’objectif est de montrer que nous sommes une enseigne de spécialistes»1 explique Thierry Blandinières, président de l’enseigne et directeur général de Maïsadour. En effet contrairement à la plupart de ses concurrents, La comtesse du Barry fabrique les produits qu’elle vend ce qui lui confère une certaine légitimité en tant que spécialiste.

Ensuite, l’entreprise a fait le choix d’ouvrir une nouvelle boutique dans un lieu emblématique, prestigieux, et à la hauteur de ses ambitions ; boulevard de la Madeleine, en plein cœur de Paris, aux cotés de boutiques de renoms tels que Fauchon, Pierre Hermé et bien d’autres !

Enfin, cette stratégie de réorganisation pousse sur le devant de la scène les produits frais. Les plats préparés et la gamme apéritifs sont les futurs produits stars de « la maison Barry » . Cette mise en lumière apporte un élément de différentiation non négligeable au regard du marché atomisé sur lequel évolue la marque.

En plus d’offrir des éléments de différentiation, ce changement de cap a pour but d’élargir la clientèle de l’enseigne vers une cible plus jeune (35-55 ans)2, d’augmenter le trafic en magasin ainsi que le chiffre d’affaires. L’objectif ultime pour Maïsadour est de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2017.

Personnellement je trouve l’idée de centrer son attention vers les produits frais pertinente de la part de l’entreprise. En effet, sa cible CSP + voir CSP ++, est une clientèle active qui ne dispose pas forcément de temps pour cuisiner.

Bien qu’audacieux cela reste un pari risqué, car les plats tout prêts disposent d’une image « bas de gamme » qui pourrait lui coûter cher. En effet, le choix des menus proposés « paupiettes de veau sauce aux champignons, cassoulet gimontois à la saucisse de Toulouse » etc… me paraît paradoxal face à l’image souhaitée.

Un cassoulet ou un boudin blanc bien qu’additionné de foie gras, laisse une image de plat familial sans raffinement particulier… et le prix (entre six et dix euros)3 reste très abordable. Il y a, à mes yeux, une différence entre l’image haut de gamme recherchée et la réalité des produits proposés. Des produit du terroir français oui ! Mais pas n’importe lesquels…

cassoulet saucisse de toulouse

Que pensez vous de cette réorganisation stratégique ? La Comtesse du Barry ne prend-t-elle pas un risque trop élevé en proposant des plats tout prêts ? J’attends vos réflexions et vos avis avec impatience !

Claire G.

Sources :

 

  1.  LSA
  2. Sud Ouest
  3. Site comtesse du Barry

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s